Formée pour diriger

Article / Le 12 mars 2020 / Numéro de projet : 20-0034

Remarque : pour visionner les photos additionnelles, veuillez cliquer sur la photo dans la galerie d'images.

Par Lisa Nault, Affaires publiques de l’Armée

Antigonish (Nouvelle-Écosse) — Le lieutenant-colonel Eleanor Taylor n’a jamais prévu devenir pionnière. Ce qu’elle voulait, comme élève de la onzième année en 1994, était de trouver une carrière intéressante. Lorsqu’elle est tombée par hasard sur une brochure du Collège militaire royal dans le bureau de son conseiller en orientation au secondaire, elle a entamé son parcours pour devenir pionnière au sein de l’Armée canadienne (AC).

Son premier arrêt a été au centre de recrutement, ce qui l’a aidé à devenir officier d’infanterie. « J’aimais l’idée d’être sur la ligne de front », se souvient le Lcol Taylor « Mais je n’étais pas au courant que c’était quelque chose que peu de femmes font. »

Après son enrôlement, le Lcol Taylor a donné tout ce qu’elle avait. « J’étais inspirée par les gens et le leadership. Le sentiment d’appartenance était extraordinaire pour moi. Je sentais que je travaillais vers l’obtention de quelque chose de plus grand que moi et que j’accomplissais un travail difficile. »

En fait, le travail était tellement difficile que le Lcol Taylor a échoué à une étape de l’instruction des officiers d’infanterie. Cet échec l’a simplement poussée à travailler plus fort. À l’âge de 23 ans, le Lcol Taylor a participé à son premier déploiement au Kosovo en tant que commandant de peloton.

« Une fois que vous vous rendez compte que vous pouvez non seulement faire le travail, mais que vous pouvez bien faire le travail, c’est très valorisant », se souvient le Lcol Taylor en trouvant sa voie en tant qu’officier.

Le Lcol Taylor a exercé diverses fonctions au cours de sa carrière de 25 ans à la fois stimulante et pleine de défis. Elle a occupé le poste d’aide de camp du général Rick Hillier et a fait partie de la Force opérationnelle interarmées 2 au sein du Commandement des forces d’opérations spéciales du Canada. Elle a participé à un déploiement en Bosnie à titre de commandant adjoint de compagnie. Son dernier déploiement a eu lieu en Afghanistan en tant que commandant de compagnie de plus de 120 militaires avec détachements. Au cours de ce déploiement en Afghanistan, elle était également responsable des opérations interarmées et internationales avec des partenaires étrangers comme les forces armées américaines, britanniques et afghanes – tout cela à l’âge de 34 ans.

« Je ressens toujours que mon expérience au sein de l’Armée, ou l’expérience de toute autre personne au sein de l’Armée, accélère le perfectionnement du leadership », affirme le Lcol Taylor. « Il faut faire preuve de leadership et de confiance, et il est très difficile de vivre les mêmes expériences et d’assumer les mêmes responsabilités dans le secteur civil. »

Au cours de son service, le Lcol Taylor a été inspirée par le succès d’autres dirigeantes de l’AC, comme le major‑général Jennie Carignan.

« Elle est hautement respectée comme officier de l’Armée, ce qui permet à d’autres femmes de reconnaître qu’elles peuvent être hautement respectées à titre de major‑général commandant des opérations tout en respectant leurs valeurs en tant que femme. »

La présence du Mgén Carignan au sein de l’AC était un élément que le Lcol Taylor ne savait même pas qu’elle manquait. 

« Je crois que la majorité du leadership ne fait pas de distinction de sexe. Le leadership est axé sur le service avant soi. Vous devez être compétent, comprendre vos objectifs et savoir comment aider les autres à atteindre ces objectifs. Cela n’est pas du tout lié au genre. Cependant, il y a un élément d’encadrement que je ne savais même pas que je manquais jusqu’à ce que je réalise ce qu’il pouvait m’offrir. »

C’est un immense privilège et une énorme responsabilité de savoir que d’autres femmes au sein de l’Armée l’admirent, tout comme elle admire le Mgén Carignan.

« C’est parfois intimidant, mais en même temps, je prends conscience de l’importance de voir des gens qui me ressemblent dans des endroits où je ne les avais pas vus auparavant. »

Ces points de vue et expériences l’ont permis de trouver sa prochaine aventure. Le Lcol Taylor a pris sa retraite de l’AC en juillet 2019.

Toutefois, elle n’a pas fini de servir son pays. Seulement six mois après son départ à la retraite, le Lcol Taylor s’est enrôlée dans la Force de réserve au sein du 36e Groupe‑brigade du Canada. « J’adore encore enfiler mon uniforme et je crois que j’ai encore beaucoup à offrir. »

Le Lcol Taylor voudrait dire à toutes les autres jeunes femmes qui trouvent une brochure de l’Armée et qui envisagent de s’enrôler : « C’était une expérience incroyable qui m’a permis d’acquérir des compétences que je n’aurais pu obtenir à cet âge et à ce rythme dans toute autre carrière. N’hésitez pas à vous enrôler et profitez de chaque instant. »

Pour commenter cet article, rendez-vous dans la section Articles de la page Facebook de l’Armée canadienne

Date de modification :